Tag Archives: villani théorème

Théorème vivant / Cédric Villani

31 Déc

Theoreme vivant Voilà un des livres les plus réjouissants que j’ai lus !

Rassurez-vous : nul n’est besoin d’être fort en maths ou même d’aimer les maths pour lire ce livre. Tout au plus peut-on dire que, quand on aime les maths, c’est mon cas, on voit décrit ce que l’on ressent(ait) en cherchant puis en trouvant comment démontrer que A « entraîne » B. Ou le plaisir de voir une belle démonstration ! Ou la simple « excitation » fasse à un problème qui devient un défi (comme cette suite « 3n=1 » qui dans tous les tests que l’on peut faire se termine en boucle 1 4 2 , la conjecture de Syracuse)

Ce livre est en fait avant tout un livre de passionné, d’enthousiaste. Et quel bonheur de lire le récit d’une passion qui a toutes les vertus : elle ne coûte rien à assouvir, son exercice n’enlève rien à personne et ne nuit à personne, et … on ne peut pas dire qu’on fasse dans la facilité ou les penchants les plus faibles de l’humanité !!

C’est le récit de quelques mois de quête, d’espoir et de déceptions, sur la route de la démonstration d’un théorème et aussi sur la route de la reconnaissance par ses pairs en obtenant la médaille Fields. C’est aussi un petit « vis ma vie » de chercheur. Et puis de bons portraits d’autres mathématiciens ! Comme Nash

Ou cet autre qui n’était intéressé que par son sujet et en dédaignait même les marques de reconnaissances, les refusait, y compris celle assortie d’un prix d’un million de dollars …

Ou Kurt Gödel « le plus grand logicien de tous les temps, qui démontra, à la surprise générale, qu’aucune théorie mathématique n’est complète et qu’il subsiste toujours des énoncés qui ne sont ni vrais ni faux ».

On pourrait reprocher (si on en ressentait un quelconque droit …) à Villani que lui court peut-être trop après les honneurs et la reconnaissance, notamment médiatiques. Ou qu’il frime un peu trop sur certains points. Mais je ne crois pas que ce soit le moteur de son action qui semble avant d’être l’accès à la connaissance, tous azimuts, et une curiosité infinie, ainsi qu’une envie de partager.

Les médias l’intriguent et sont pour lui le moyen de partager ce qui le passionne, ils sont un moyen d’espérer entraîner.

Sa façon même d’appréhender le sujet mathématique m’intéresse : « Ce sont les liens cachés entre différents domaines mathématiques qui ont fait ma réputation de chercheur. Ces liens sont si précieux ! Ils permettent d’éclairer l’un et l’autre des domaines impliqués, dans un jeu de ping pong où chaque découverte sur une rive en entraîne une sur l’autre« .

Une sorte de passerelle mathématique ? ….

Je lis souvent des romans assez noirs. Parce qu’ils m’intéressent. Et à défaut de trouver des romans positifs qui retiennent mon attention. Ce théorème vivant aura été un superbe contre-exemple !

Publicités