Aki Shimazaki / Wasurenagusa

12 Mai

Je n’avais plus de stock et je suis en ce moment particulièrement difficile dans mes choix donc pas glop la lecture ….

Heureusement un petit tour à la campagne m’a permis de dénicher deux ou trois bouquins dans ma pile locale ! Dont ce petit Shimazaki, de la série Le poids des secrets.

Voici comment Actes Sud présente l’auteure et cette série :

« La Japonaise Aki Shimazaki poursuit en français une œuvre qui explore la psyché nipponne contemporaine dans ses tabous et ses mensonges, au cœur desquels ses personnages se débattent pour retrouver liberté et dignité. »

J’aime beaucoup ses séries, celle-ci et Au cœur de Yamato.

C’est très sensible et fin. Trop sensible ? Un ami à qui j’en avais prêté un m’a parlé de littérature de gare.
Ce n’est pas mon point de vue. Mais vous pouvez facilement tester : ce sont de petits livres.

Dans celui-ci il est question de mariage, de lignée, de stérilité, des parents …

« Pourtant ma mère dit : « Elle est d’origine douteuse. Elle ne convient pas à notre famille. ». Comme j’étais encore petit, je ne comprenais pas ce qu’elle voulait dire. Néanmoins, il me sembla que les mots « d’origine douteuse » étaient très négatifs. Sono ne revint plus jamais chez nous quand ma mère eut besoin d’une nurse pour moi »

Wasu

Philip K Dick / Ubik

12 Mai

Celui-là je n’en parlerai pas beaucoup. Ce sera juste « pour mémoire ».

En début de confinement, j’ai commencé Magies de Bretagne. Abandonné avant la fin du premier conte. Déprimant !

Et, erreur fatale, j’ai commencé Ubik. Je me croyais alors plus solide ….
Au début il y a une personne dans un état de semi-vie. Puis c’est tout un groupe qui se pose la question sur la réalité de son état : en vie …. ou en semi-vie.

Décidément, je suis une petite nature. Après un coup de blues, énorme, j’ai abandonné le bouquin. Bonne idée, bien écrit … mais bon, dans d’autres périodes ….

 

 

Ubik